[Chronique] The agony and the ecstasy by Irving Stone VO

A biographical novel of Michelangelo. Michelangelo Buonarotti lived in the time of the turbulent Renaissance, the years of poisoning princes, warring popes, the powerful Medici family, and the fanatic monk Savonarola. Working with a God-driven fury he created "David", painted the Sistine ceiling, and was the architect of the dome of St Peter's.

[Chronique] La vérité de Mariah Carey de Mariah Carey & Michaela Angela Davis

Il m’a fallu une vie pour trouver le courage d’écrire mon autobiographie. Je veux raconter les moments – les hauts et les bas, les triomphes et les traumas, les débâcles et les rêves – qui ont contribué à faire de moi la personne que je suis aujourd’hui. Même s’il y a eu d’innombrables histoires sur mon compte tout au long de ma carrière et ma vie très publique, il était impossible de communiquer les complexités et la profondeur de mon expérience dans un seul article de magazine ou en une interview de dix minutes. Mes mots étaient systématiquement filtrés par la perception de quelqu’un d’autre. Ce livre est composé de mes souvenirs, mes combats, ma survie et mes chansons. Sans filtre. Je me suis plongée loin dans mon enfance et j’ai donné à la petite fille effrayée en moi une voix forte. J’ai laissé l’adolescente abandonnée et ambitieuse donner sa version, et la femme trahie et triomphante sa vérité. Écrire cette autobiographie fut très difficile mais cela m’a apporté humilité et guérison. Mon espoir le plus sincère est que vous en tiriez une nouvelle compréhension, non seulement de moi, mais aussi de la résilience de l’esprit humain.

[Chronique]  Things I should have said by Jamie Lynn Spears VO

You’ve read the headlines, but you don’t know Jamie Lynn Spears. The world first met Jamie Lynn as a child star, when it was her job to perform, both on set and for the press. She spent years escaping into different characters on All That and Zoey 101. But as she grew up, faced a teen pregnancy, raised her daughter on her own, pursued a career, and learned to stand on her own two feet, the real Jamie Lynn started to take center stage– a raw, blemished, and imperfect woman, standing in her own power. Despite growing up in one of America’s most tabloid-famous families, Jamie Lynn has never told her story in her own words. In Things I Should Have Said, she talks frankly about the highs and lows, sharing what it was like traveling the world as a kid, how she moved into acting and performing herself, what life as a child star took from her, and the life-changing reality of becoming a teen mom. She talks about how she finally found love and how the mistakes she has made have taught her more than anything else. She also shares vulnerably about how the ATV accident that nearly took her daughter’s life brought her back to her faith and caused her to reevaluate and redirect her life

[Chronique Audio Book] Écriture : Mémoires d’un métier de Stephen King 

sa convalescence, le romancier découvre les liens toujours plus forts entre l'écriture et la vie. Résultat : ce livre hors norme et génial, tout à la fois essai sur la création littéraire et récit autobiographique. Mais plus encore révélation de cette alchimie qu'est l'inspiration. Une fois encore Stephen King montre qu'il est bien plus qu'un maître du thriller : un immense écrivain. La vie n est pas faite pour soutenir l'art. C est tout le contraire.

[Chronique] Quelque chose de Johnny de Guy Carlier 

Un bandeau blanc défile au bas de l'écran : «JOHNNY HALLYDAY EST MORT CE SOIR A SON DOMICILE DE MARNES-LA-COQUETTE.» Un ascenseur tombe dans mes entrailles... ...J'avais neuf ans. Et cette pochette de disque dans la vitrine du magasin Toutélec à Argenteuil. Johnny, veste à paillettes, guitare sèche en bandoulière, la tête étrangement penchée sur le côté, tombait à genoux comme les toreros qui friment devant la porte du toril. Le Noël suivant, on m'offrit le disque. J'embrassais la photo de la pochette chaque soir avant de m'endormir. Quarante-cinq ans plus tard, dans sa loge du palais des Sports, Johnny Hallyday m'a appelé Guy et m'a embrassé à son tour. Maintenant, je connais le sens de la vie : c'est un baiser de Johnny Hallyday.

[Chronique] Dites-moi la vérité docteur de Alain Deloche

" Un médecin malade, et malade dans sa propre spécialité, c'est absurde, un peu ridicule, presque une insulte au savoir médical, quasiment un conflit d'intérêts... ' écrit Alain Deloche. Après avoir opéré plus de vingt mille cœurs, ce chirurgien de réputation mondiale a dû, à son tour, confier son cœur au bistouri de ses collègues : opéré dans son propre bloc pour un triple pontage coronarien ! Dans un étrange jeu de miroir, le soignant devenu soigné porte sur l'hôpital public un double regard. Et c'est une exceptionnelle plongée-vérité dans le monde de l'hôpital public. Alain Deloche nous invite à un voyage dans les coulisses opaques de l'institution. Il nous confie les secrets de presque quarante ans de pratique dans un récit ponctué d'histoires, parfois cocasses, parfois tragiques, vécues par lui et par d'autres - patients, soignants, chirurgiens, mandarins. Au fil des pages se dessine le malaise existentiel de l'hôpital. Car l'hôpital est malade. Malade du découragement des médecins, malade du manque de vocations, malade d'une administration envahissante. Malade aussi de ses déficits financiers face à une médecine de plus en plus performante, mais excessivement budgétivore. La chirurgie a été bouleversée : finis les grands patrons, le chirurgien est devenu un technicien de santé. Vocation, sacerdoce... Ces mots d'autrefois ont-ils encore une signification ? Aujourd'hui, les jeunes ne choisissent plus la chirurgie, ou alors certains s'en vont exercer aux États-Unis, en Australie, ailleurs encore... Alain Deloche lance ce cri d'alarme : si la France ne parvient pas à retenir ses talents et susciter de nouveaux enthousiasmes, qui sera dans le bloc demain ? Laissera-t-on s'éteindre un phare de la société ?

[Chronique] De l’intérieur : Voyage au pays de la désillusion de Cécile Duflot

Nombre de tomes : / Genre : BiographieEdition : FayardDate de sortie : 2014Edition : paperback Pages : 233 pages Ma Note : ★★★★★ Où le trouver : Cliquer ICI J'y ai cru. J'ai cru en François Hollande, en sa capacité de rassemblement. J'ai cru en nous tous. Je me suis trompée. J'ai essayé d'aider le président de la République à … Lire la suite de [Chronique] De l’intérieur : Voyage au pays de la désillusion de Cécile Duflot

[Chronique] Une envie de vérité de Cécilia Attias

"Je suis une personne simple qui a eu une vie compliquée. Un tel aveu pourra surprendre, il n'en est pas moins vrai. Mes aspirations m'ont toujours poussée vers une existence discrète, consacrée à ma famille et au souci des autres, alors que la vie prenait plaisir à me placer sous les projecteurs de l'actualité. Longtemps je m'en suis accommodée, mais je restais légèrement en retrait. D'où quelques maladresses et de nombreux malentendus.  J'ai regretté les premières et souffert des seconds. Mais au final, est-il si surprenant qu'on se soit beaucoup trompe sur mon compte alors que, moi-même, je ne savais plus toujours qui j'étais ?" Pour la première fois, Cécilia Attias nous livre le récit de sa vie hors du commun. De son enfance heureuse à son premier mariage avec Jacques Martin, de sa rencontre avec Nicolas Sarkozy et leur vie dans les palais de la République à sa séparation d'avec l'ancien président pour épouser Richard Attias et courir le monde afin d'aider les autres, elle n'omet rien.  Et parce que l'image d'une personne correspond rarement à sa réalité - surtout quand les médias s'en emparent -, le lecteur découvrira ici un être qu'il ne soupçonnait pas : une femme de coeur et de décisions, guidée par ses valeurs autant que par son goût de la liberté. Dans ce livre élégant et passionné, celle qui s'est révélée sur la scène internationale en obtenant de Kadhafi la libération des infirmières bulgares prouve que la plus noble des qualités est l'indépendance de ton, comme d'esprit.

[Chronique] Une terre promise de Barack Obama

En se retournant sur l’histoire de sa présidence, Barack Obama propose une exploration unique et pénétrante de l’amplitude phénoménale mais aussi des limites du pouvoir présidentiel, ainsi qu’un témoignage singulier sur les ressorts de la politique intérieure et de la diplomatie internationale. Il fait entrer le lecteur dans le Bureau ovale et la salle de crise de la Maison-Blanche et l’emmène partout dans le monde, de Moscou à Pékin en passant par Le Caire. Il nous confie les réflexions qui l’ont occupé à certains moments cruciaux – constituer son gouvernement, faire face à une crise financière mondiale, prendre la mesure de Vladimir Poutine, franchir des obstacles en apparence insurmontables pour faire aboutir la réforme sur le système de santé, se retrouver en profond désaccord avec certains généraux sur la stratégie des États-Unis en Afghanistan, s’atteler à la réforme du marché financier, réagir face au désastre provoqué par l’explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, et enfin donner le feu vert à l’opération Neptune’s Spear qui conduit à la mort d’Oussama Ben Laden.

[Chronique] Treize semaines de Morgane Enselme

CE QUE VOUS N'AURIEZ JAMAIS DÛ SAVOIR SUR LA TÉLÉ-RÉALITÉ

La téléréalité fascine autant qu'elle dégoûte. S'il est facile d'étiqueter ses participants comme stupides, narcissiques et vulgaires, personne ne connaît réellement les coulisses de cette industrie sans pitié qui attire des jeunes gens en leur faisant une promesse : changer leur vie à tout jamais.

Morgane Enselme a participé à Secret Story en 2011. Son objectif était de dévoiler un secret qui lui tenait à cœur : " Mon père s'appelle Brigitte. " Elle était fière de son papa transgenre et voulait prouver à tous qu'un enfant peut s'épanouir dans n'importe quel schéma familial, tant qu'il reçoit de l'amour et de l'attention.

Mais une fois à l'intérieur, elle comprend que rien ne tourne rond dans la Maison des secrets. Privation de liberté et d'intimité, insalubrité, mensonges et manipulations... Les candidats doivent être disponibles sans interruption, le cerveau aussi vide que possible, pour s'assurer qu'ils exploseront à la moindre occasion.

Tenue par un contrat que la production ne s'embarrasse pas à respecter, Morgane va vivre treize semaines sous le feu des projecteurs, dans un monde où aucun des codes de la vie réelle n'a de valeur et où tout est fait pour pousser les candidats à bout.

[Chronique] Undercover de Amaryllis Fox

À vingt et un ans, Amaryllis Fox est recrutée par la CIA. Sa première mission est d’analyser des centaines de communications top-secrètes transmises par des sources du monde entier, et de les synthétiser pour le rapport journalier que fournit l’Agence au Président des États-Unis. Elle est ensuite affectée au centre antiterroriste dédié à l’Irak. À vingt-deux ans, elle intègre, plus tôt que l’âge minimum requis, le célèbre centre d’entraînement des officiers opérationnels de la CIA, « la Ferme », où pendant six mois elle va apprendre à se servir d’un pistolet Glock, à se débarrasser de ses menottes quand elle est enfermée dans un coffre de voiture, à résister à la torture et découvrir les meilleurs moyens de mettre fin à ses jours au cas où elle se retrouverait prisonnière. À la fin de cette formation intensive, elle est envoyée sur le terrain comme agent opérationnel clandestin. En se faisant passer pour une marchande d’art ethnique, elle va infiltrer des réseaux terroristes au fin fond du Moyen-Orient et en Asie.
Undercover retrace le parcours hors-norme d’Amaryllis Fox où se mêlent à parts égales courage héroïsme et une compassion infinie pour le genre humain… Captivant, jubilatoire, intime et brillant.

[Chronique] Flic de Michel Neyret

Flic dans l'âme, flic de terrain, traqueur de voyous, je l'ai été pendant plus de vingt ans. Mon gibier : les braqueurs, les truands, les malfaisants. Des flags, j'en ai collectionné des dizaines. La presse m'a collé l'étiquette de "super flic". En fait, j'étais simplement un passionné : j'aimais l'excitation de la traque. Je n'ai jamais eu à tirer sur quelqu'un, je n'ai jamais perdu un homme. J'ai gagné le respect des flics, celui de voyous, et celui des magistrats.
Et puis, un jour, j'ai dérivé. Dans les sphères de la haute voyoucratie, j'ai cru que je pouvais manipuler. Mais c'est moi qui ai été manipulé. La chute a été brutale : mise en examen, procès, prison. On m'a accusé d'avoir touché de l'argent : je n'ai pas pris un centime. On m'a soupçonné d'avoir affaire à la drogue : je n'ai jamais fumé ne serait-ce qu'un pétard. On m'a décrit comme un fou de luxe parce que j'ai conduit une Ferrari pendant un quart d'heure.
Depuis "l'affaire Neyret", je suis stigmatisé comme un ripoux total. Ce que je ne suis pas, ce que je ne serai jamais. Jamais. La justice voit tout en noir ou blanc. La vérité, elle, est plus nuancée. Je la connais, cette vérité. Et je la livre ici.

[Chronique] Mémoires vives de Edward Snowden

En 2013, un jeune homme de 29 ans surprend le monde entier en quittant la communauté du renseignement et en révélant que le gouvernement des États-Unis poursuit le projet secret de collecter toutes nos conversations téléphoniques, nos textos et nos emails. Ils veulent établir un système de surveillance de masse sans précédent, capable de s'infiltrer dans la vie privée de chaque personne sur la planète.

[Chronique] X-Files. Mulder c’est moi de Dawn Connolly et Gil Adamson

Nombre de tomes : / Genre : Biographie Edition : Editions du Rocher Date de sortie : 3 novembre 1998 Edition : paperback Pages :  284 pages Ma Note : ★★★★★ Où le trouver : Cliquer ICI Propose un dossier complet sur l'actrice Gillian Anderson qui incarne depuis le début de la série culte X-Files le personnage … Lire la suite de [Chronique] X-Files. Mulder c’est moi de Dawn Connolly et Gil Adamson

[Chronique] Léonard de Vinci : L’indomptable d’Henriette Chardak

Vinci vieux se moqua de Léonard jeune. Quel présomptueux il avait été, et son maître Verrochio aussi. Le maître pensait que son élève allait peiner à créer l’image immatérielle d’un Séraphin. Mais Léonardo D’à Vinci était la main de die, Arcano de Divino ! Telle était l’anagramme de son nom. Le lendemain, le parfait apprenti ne fut tourmenté que par l’horrible auréole ajoutée à son insu.