[Chronique] SAGA Deep Impact T1 : Sinon, tu peux choisir de vivre de Pierre Schreiber

Nombre de tomes : 2 (à l’heure ou j’écris l’article) 
Genre : Thriller, Enquête
Edition : Auto Edition
Date de sortie : 14 décembre 2020
Edition : paperback 
Pages : 376 pages 
Ma Note : ★★★★★ 
Où le trouver : Cliquer ICI

Arno de Wilder est un espion du monde des affaires. Plus habitué aux business class des compagnies aériennes qu’aux ruelles surchauffées de Bangkok, il a créé Deep Impact*, une officine de renseignement en matière d’intelligence économique. Au cours d’une de ses missions en Asie, il rencontre Alice… une jeune femme qui va bouleverser sa vie.

Alice a quitté la France et s’est expatriée en Thaïlande pour fuir le traumatisme qui a détruit son adolescence. Or elle disparait sans explication juste après avoir commencé à travailler pour Arno. Cette disparition a-t-elle un lien avec ce qui s’est passé le soir de la finale de la Coupe du Monde de football en 1998 ?
C’est ce qu’Arno va tenter de découvrir.

*[Deep Impact« La vie des affaires est une lutte à mort où les multinationales, et parfois les gouvernements, se rendent coup pour coup afin de se développer, ou tout simplement pour survivre. Mes clients font appel à Deep Impact pour être capables de rendre au centuple les coups qu’on leur porterait… Si vis pacem para bellum — qui veut la paix prépare la guerre. » Arno de Wilder au Forum de Davos en 2008

▼ ◄► ▼ ◄► ▼ ◄► ▼

Tout d’abord, je souhaitais remercier chaleureusement l’auteur Pierre Schreiber pour la découverte du premier tome de la saga Deep Impact Sinon, Tu peux choisir de vivre, qui est très prometteur !!

▼ ◄► ▼ ◄► ▼ ◄► ▼

Pour moi, le point fort du livre c’est clairement le rythme, on n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer, ni de reprendre son souffle. Un rythme effréné qu’Arno peine lui-même à suivre. Entre son job, la femme qu’il rencontre et l’enquête qu’il mène, il s’en sort comme un chef !!

L’auteur mentionne qu’un de ses auteurs favoris est Harlan Coben et je ne sais pas si c’est parce que je connaissais ce petit détail que j’ai fait le rapprochement ou s’il y a une vraie petite ressemblance. Mais Arno m’a vraiment fait penser à Myron Bolitar, le héros star de l’auteur Harlan Coben, ils n’exercent pas le même métier pourtant, mais il y a un petit je-ne-sais-quoi… Peut-être dans le rythme de la vie que mène cet homme d’affaire. En tout cas si vous aimez le style de Coben, vous pouvez foncer les yeux fermés.

En tant que lecteur, on sent tout de suite qu’Arno à un coup de foudre pour Alice, c’est beaucoup moins évident pour lui en revanche qui ne veut pas voir la réalité en face. Et qui n’a pourtant pour but ultime désormais que de mettre à disposition sa ruse pour aider Alice à surmonter ses traumatismes. Cependant, j’ai trouvé un peu dommage qu’on nous présente Alice comme une femme d’un grand courage, qui a un mental d’acier et qui finalement à quand même besoin qu’un preux chevalier arrive pour la sauver. Cela m’a donné l’impression que peu importe qu’une femme soit « forte » elle aura finalement toujours besoin d’une figure masculine pour s’en sortir… Et que si l’homme se montre patient, aimant et désintéressé alors la belle succombera probablement peu à peu à son charme. Un peu comme dans les contes de fées…
D’ailleurs, je me suis parfois sentie mal pour cette pauvre fille (Alice) qui réfléchi sans arrêt aux arrières pensées que peuvent avoir les hommes et qui adapte son comportement en fonction de ça, car il y a certaines situations qu’elle ne veut pas vivre (Je ne parle pas de situations traumatiques comme une agression, je crois qu’on est tous d’accord pour dire que personne ne veut vivre ça ^^).

En parlant des personnages, on constate bien qu’Alice est très rusée, elle arrive à se reconstruire et surtout à se bâtir une vie loin de sa famille dans un pays étranger. Il faut une grande force de caractère, je trouve, pour y arriver.
Arno quand à lui est un homme à tête froide, qui ne perd jamais le contrôle et qui dirige d’une main de maître Deep Impact, sa société.
Et enfin le trackeur qui pourchasse Alice à une psychologie très intéressante, selon moi, j’ai apprécié que l’auteur n’en fasse pas un banal psychopathe. En effet, vers la fin du livre on revient un peu sur le passé d’Alice et donc le passé de notre grand méchant aussi, et son rôle s’humanise. On a une vraie explication sur son destin, on voit que cet homme brisé au même titre qu’Alice.
Alexei est aussi passionnant à sa manière, en apparence il représente le cliché du Russe qui aime les filles et plus si affinité et l’auteur gratte la surface d’Alexei pour qu’on puisse s’attacher à lui. Vraiment je trouve absolument incroyable le travail qui a été fait sur les personnages.

J’ai plutôt bien aimé la fin du bouquin, qui est plus ou moins celle qu’on en attend concernant certains personnages et qui est une totale surprise pour d’autres. Chapeau bas pour être arrivé à tenir en haleine le lecteur et arriver à le surprendre. C’est stupéfiant d’arriver à piocher dans des clichés connus et reconnus en début d’ouvrage, pour donner vie à des personnages aussi vibrants de réalismes en fin de livre.

Bilan de cette lecture, c’est une belle découverte en ce qui me concerne !!

Le site officiel de l’auteur : https://www.pierreschreiber.com/
Le compte Instagram officiel : https://www.instagram.com/pierre_schreiber_auteur/
La page Facebook officielle : https://www.facebook.com/pierre.schreiber.auteur/

7 réflexions sur “[Chronique] SAGA Deep Impact T1 : Sinon, tu peux choisir de vivre de Pierre Schreiber

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s