[Chronique] Charlie de Stephen King

Dès l'enfance, le terrible pouvoir de la petite Charlie s'est révélé : qu'un objet, un animal, un être humain provoque en elle la moindre crainte, la moindre tension... et il se trouve aussitôt livré aux flammes ! Aujourd'hui la douce et jolie Charlie a sept ans et le cauchemar demeure. Certes, elle sait à présent que son pouvoir est un mal qu'elle doit combattre sans relâche pour en être un jour libérée, délivrée. Alors, de toutes ses forces, Charlie lutte, mais la pulsion souvent l'emporte et déferle. Indomptable, criminelle. Et l'enfant cède au désespoir... Comment ses parents pourraient-ils lui avouer l'atroce vérité - cette imprudence fatale qu'ils ont commise avant sa naissance ? A quel destin Charlie est-elle vouée ?

[Chronique] Deux justicières de Sylvie Baron

Joséfa et Alice n'étaient pas faites pour se rencontrer. La première, femme de ménage usée par le travail, est dotée d'un caractère bien trempé ; la seconde, architecte d'intérieur, ne connaît que la ouate de son univers bourgeois et la satisfaction professionnelle que lui procure son métier. Joséfa et Alice sont pourtant liées depuis le soir où leurs filles, Lydia et Kathleen, ont été victimes d'un chauffard. Alors qu'Alice, de plus en plus inaccessible, se mure dans sa douleur, Joséfa, résolue à trouver le coupable, se montre ferme comme un roc. Contre toute attente, elles ne tarderont pas à s'allier pour mener l'enquête.

[Chronique] Des chiens et des chacals de Patrick Jasiak

Sur les traces de son père mort au pied d’une pyramide, Jean est à la recherche d’une statuette sacrée qui pourrait lui révéler un savoir ancestral. D’autres individus veulent aussi s’en emparer, mais pour de sombres raisons : ils désirent altérer la suite de l’histoire de l’humanité. De Royan à la Basse-Égypte, la quête de Jean s’avérera bien plus longue et périlleuse qu’il ne pouvait se l’imaginer.

[Chronique] Le Voleur d’ombres de Marc Levy

Et si l’enfant que vous étiez rencontrait l’adulte que vous êtes devenu… « - Maintenant, assieds-toi, il faut que l’on parle, a dit l’ombre. Je me suis assis en tailleur sur le sol. - Tu as un pouvoir très rare, il faut que tu acceptes de t’en servir, même s’il te fait peur. - Pour quoi faire ? - Trouve pour ceux dont tu dérobes l’ombre cette petite lumière qui éclairera leur vie, un morceau de leur mémoire cachée, c’est tout ce que nous te demandons. - Nous ? - Nous, les ombres, souffla celle à qui je m’adressais. J’ai souri, je comprenais très bien de quoi elle parlait. »

[Chronique] John Corey T3 : La nuit des mirages de Nelson Demille 

La nuit des mirages s'inspire de faits réels : l' explosion en plein ciel du vol 800 New York - Paris de la TWA, le soir du 17 juillet 1996, au large de Long Island. Deux cent trente personnes Y trouvèrent la mort. Deux cents témoins, y compris mes voisins, rapportèrent qu'un filet de lumière avait surgi de l'océan Atlantique avant que l'avion ne se désintègre. Les agents gouvernementaux invoquèrent une illusion d'optique collective, une sorte de mirage dont tous auraient été la proie. Les autorités américaines conclurent donc à une défaillance technique de l'appareil, provenant de l'explosion du réservoir central. L'enquête était close. Plus je progressais dans mes recherches, plus il me paraissait mépriser les dires de deux cents personnes certifiant qu'un projectile, missile ou autre, avait heurté l'appareil. Et puis mon instinct de romancier l'emporta.

[Chronique] Sans un mot de Harlan Coben

Jusqu'à quel point connaît-on vraiment son enfant ? Mike et Tia ne cessent de se poser la question : leur fils Adam, seize ans, a changé. Réfugié dans sa chambre, il ne quitte plus son ordinateur. Malgré leurs réticences, Mike et Tia se décident à installer un logiciel de contrôle. Un jour, un e-mail inquiétant. Et Adam disparaît. Sans un mot... C'est alors que tout bascule. Sur un rythme d'enfer, Harlan Coben nous entraîne dans un thriller plus électrisant que jamais. Pièges du web, délinquance virtuelle, tueur psychopathe, le maître de nos nuits blanches se joue de nos angoisses avec une délectation machiavélique.

[Chronique] iPhuck de Victor Pelevine

Porfiri, auteur de romans policiers, enquête sur des crimes dans différents domaines. Mais Porfiri n’est pas un humain, il est une intelligence artificielle, supérieure donc à l’homme, qui peut prendre l’apparence qu’il souhaite. Mara est une historienne d’art, riche et ambitieuse. Elle est extrêmement mince, aime les biscuits au beurre de crabe, et bien sûr elle a un iPhuck 10. Elle a besoin d’un assistant pour analyser le marché, elle loue Porfiri pour se servir de lui et pénétrer les codes des œuvres d’art digitales (nos actuels NFT) qui ont pris le dessus sur l’art classique et mener ses transactions. Iphuck est le gadget permettant les relations charnelles entre les humains, qui n’ont plus de contact physique, le plus cher du marché mais en même temps c’est un appareil au code unique qui laisse les traces de sa présence dans chaque objet numérique auquel il se connecte. Porfiri commence son travail en utilisant notamment iPhuck 10 et son code unique. Mais Porfiri s’aperçoit que Mara falsifie les œuvres d’art qu’elle vend grâce à des procédés complexes. Il entame alors une enquête dont Mara finit par s’apercevoir. Elle décide d’éliminer Porfiri. Mais l’intelligence artificielle de Porfiri n’est pas prête à se laisser faire et à son tour cherchera de se débarrasser de Mara. Qui d’eux deux gagnera ? La fin est impossible à prévoir tant Pelevine maîtrise bien son récit. Un plaisir de lecture indéniable qui entraîne le lecteur dans les détails de cette société du futur – pas si éloignée de la nôtre. Cela donne à réfléchir pour éviter les dérives de la machine qui prendrait le dessus sur l’humain.

[Chronique] Charley Davidson T7 : Sept tombes et pas de corps de Darynda Jones

Douze chiens de l'enfer se sont échappés. Leur but : tuer Charley Davidson, faucheuse hors du commun et détective privée à ses heures, et rapporter son cadavre à Satan. Mais la jeune femme a d'autres problèmes, comme son père disparu alors qu'il menait une enquête des plus étranges. Ou encore une ex-meilleure amie qui la hante nuit et jour, une épidémie de suicides qui laisse les autorités perplexe et un fiancé sexy à mourir qui s'est attiré les faveurs d'une célébrité locale... Le moins qu'on puisse dire c'est que Charley ne passe pas la meilleure semaine de sa vie.

[Chronique] Je ne suis pas Parisienne d’Alice Pfeiffer

L ’ icône de la Frenchwoman, la femme française, plus particulièrement la Parisienne, est un objet de consommation mondialisé. Cette figure majeure de la mythologie est applaudie et enviée dans le monde entier pour son allure, sa silhouette, son esprit, sa culture, sa séduction. Elle est aussi une mère parfaite, toujours patiente, flanquée d’enfants bien élevés. On peut se demander où sont toutes les autres femmes françaises qui ne correspondent pas à ces canons, celles qui ne font pas semblant de lire Deleuze, n’agitent pas de longues crinières, la bouche écarlate faisant ressortir un teint forcément diaphane. Cet ouvrage propose une série de saynètes qui se penchent sur ces figures qu’on ne connaît que par la moquerie ou le mépris, et qui sont essentielles au maintien du mythe. Sans la « cagole », la « cougar » ou la « beurette », la Parisienne n’existerait pas.

[Chronique] Une fois dans ma vie de Gilles Legardinier

Trois femmes, trois âges, trois amies que les hasards de la vie et les épreuves ont rapprochées dans un lieu comme aucun autre. Trois façons d'aimer, dont aucune ne semble conduire au bonheur. Séparément, elles sont perdues. Ensemble, elles ont une chance. Au milieu des hommes, cramponnées à leurs espoirs face aux coups du sort, avec tous les moyens et l'imagination débordante dont elles disposent, elles vont tenter le tout pour le tout. Personne ne dit que ça ne fera pas de dégâts... Toutes les histoires de Gilles Legardinier parlent d'êtres qui doivent apprendre quelque chose de l'existence ou d'eux-mêmes. Fidèle à son humanité, grâce à son talent unique fait d'humour, de sensibilité et d'un exceptionnel sens de l'observation de la nature humaine, il nous entraîne cette fois à la croisée de chemins que nous empruntons tous un jour..

[Chronique] La part de l’autre de Eric-Emmanuel Schmitt

8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l'École des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d'artiste ? Cette minute-là aurait changé le cours d'une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde...

[Chronique] Colocation mouvementée T1 : Nouvelle vie de Elie G

Willow Porter vient de perdre son dernier parent, n’ayant d’autre famille que son beau-père qu’il n’aime pas beaucoup. Ressentant le besoin de s’éloigner des souvenirs qui l’entourent et voulant faire le deuil de sa mère, Willow prend la décision de déménager de Los Angeles pour découvrir Londres, ville qui l’a vu naître. Il y fait la connaissance de son colocataire, Nathanaël Mills, qui semble être du genre «populaire». Le parfait opposé de Willow qui se demande s’il réussira un jour à vivre en harmonie avec Nate. Contre toute attente, Willow arrivera à faire également de nouvelles rencontres dont Jawaad Arif. Un garçon un peu trop intrusif à son goût. Les deux Anglais s’enticheront du beau blond, mais ce dernier fera-t-il son choix avec son cœur ou sa raison?

[Chronique] Les Mafieuses de Pascale Dietrich

Il y a toujours moyen de s'arranger avec la réalité chez les gangsters. À condition de respecter le code d'honneur, on peut même mener une vie formidable ! C'est en tout cas ce que Leone Acampora, vieux mafioso grenoblois, a enseigné à sa famille. Michèle et ses deux filles ont donc appris à fermer les yeux lorsqu'elles trébuchaient sur un cadavre ou une valise de cocaïne dans leur joli salon en marbre. Et si, aujourd'hui, Dina a parfois mauvaise conscience, elle espère se racheter en travaillant dans l'humanitaire. Quant à Alessia, pharmacienne inspirée, elle a pas mal d'idées pour moderniser le business paternel. Ainsi va la vie chez les femmes Acampora, entre coups de fusil à pompe et séances de tai-chi. Jusqu'à ce que le vieux Leone perde les pédales. Car avant de mourir, il a laissé une dernière instruction : lancer un tueur à gages aux trousses de sa femme... L'occasion pour les mafieuses de déboulonner un vieux monde machiste et ringard. Subtilement féministe, délicieusement féroce, Pascale Dietrich bouscule les codes pour teinter de rose le roman noir.

[Chronique] Exécution de Pascal Marmet

Branle-bas de combat au 36 Quai des Orfèvres. Un avocat renommé est assassiné dans les sous-sols du Palais de Justice. Travaillant sous les ordres de la pénible chef divisionnaire surnommée "Mlle Maigret", le commandant François Chanel mène l'enquête dans les eaux troubles des goûts pervers du ténor du barreau. Quels liens relient le sublime personnage d'un roman du XIXe siècle Madame Bovary, un homme de loi aux appétences glauques et une femme asociale aux tentations terroristes ? C'est ce que devra démêler Chanel de la brigade criminelle, avec l'aide de son équipe renforcée d'une stagiaire surdouée et d'un étrange garçon frappé par la foudre. Dès l'intrigante première page, l'auteur scanne jusqu'à l'os ses créatures, grâce au talent de morphopsychologie de Chanel. Jusqu'à la résolution finale où se mêlent réel et magie, ce suspense intelligent exprime toute l'étrangeté du monde criminel.

[Chronique] Une saison au bord de l’eau de Jenny Colgan

Assistante juridique dans un cabinet d'avocats à Londres, Flora McKenzie était loin d'imaginer qu'il lui faudrait, pour son travail, retourner à Mure, l'île sur laquelle elle a grandi. Une île qu'elle a quittée avec perte et fracas après le décès brutal de sa mère, quelques années plus tôt. Quand elle arrive à Mure pour s'installer dans la ferme familiale, la jeune femme sent très vite qu'elle n'est pas la bienvenue. Les non-dits et les rancœurs du passé empoisonnent ses relations avec son père, ses frères, mais aussi avec la plupart des habitants du village. Jusqu'au jour où Flora tombe par hasard sur le vieux cahier de recettes de sa mère. En se plongeant dans ce carnet, elle se découvre une nouvelle passion pour la cuisine qui pourrait bien l'aider à se réconcilier avec sa famille et son île natale. Emportée par son élan gourmand, Flora décide de rénover une boutique sur le port dans l'espoir d'y ouvrir un restaurant éphémère...