[Chronique] Hunger Games : La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur de Suzanne Collins

107377510_10223231870088287_2613991003636435664_n

Nombre de tomes : 3 + HS
Genre : Dystopie
Edition : PKJ
Date de sortie : 20 mai 2020
Edition : paperback
Pages :  604 pages
Ma Note : ★★★★★
Où le trouver : Cliquer ICI

C’est le matin de la Moisson qui doit ouvrir la dixième édition annuelle des Hunger Games. Au Capitole, Coriolanus Snow, dix-huit ans, se prépare à devenir pour la première fois mentor aux Jeux. L’avenir de la maison Snow, qui a connu des jours meilleurs, est désormais suspendu aux maigres chances de Coriolanus. Il devra faire preuve de charme, d’astuce et d’inventivité pour faire gagner sa candidate. Mais le sort s’acharne. Honte suprême, on lui a confié le plus misérable des tributs : une fille du district Douze. Leurs destins sont désormais liés. Chaque décision peut les conduire à la réussite ou à l’échec, au triomphe ou à la ruine.
Dans l’arène, ce sera un combat à mort.

Quelle surprise de découvrir une suite ou plutôt un presquel à la saga Hunger Games, que j’avais adoré ! Je ne m’y attendais pas (forcément puisque je ne suis pas l’actualité des sorties lol).

La neige se pose toujours au sommet.

C‘est la devise du futur président Snow, qui à 17-18 ans dans ce livre. Qui est tout aussi manipulateur et tête à claque  que dans la saga Hunger games. J’ai adoré comprendre d’où venait son amour pour les roses et j’ai surtout aimé que l’actrice fasse de Corialanus Snow un personnage qui a vécu des choses, qu’il n’est pas été trop choyé, mais qu’il ne soit pas non plus le pauvre petit enfant du Capitol qui change du tout au tout pour devenir le méchant de l’histoire, ça c’est cool, c’est la transformation d’une personne normale vers un destin qui va changer des vies (pas forcément en bien lol).

C’était vraiment agréable de découvrir les habitants du Capitol, d’un point de vue orienté pro-Capitol pour le coup, on se rendait compte que les habitants des districts avaient beaucoup souffert, mais on se rend compte que les habitants du Capitole souffrent tout autant, mais ils souffrent la tête haute dans des appartements bourgeois, avec une petite fourrure d’hermine autour des épaules. Si les districts sont affamés au milieu de la crasse, le capitole est affamé entouré d’ego démesurés.

J’espère sincèrement qu’on aura une suite, j’aimerais tellement voir l’évolution des Hunger Games, pour comprendre comment 65 ans plus tard on retrouve Katniss et Peeta pour la première fois.
Et surtout, j’aimerais voir la métamorphose de la mode au fil des années au sein du capitole et comment ils en sont arrivés à s’habiller de façon aussi fantasque.

 

10 réflexions sur “[Chronique] Hunger Games : La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur de Suzanne Collins

  1. Je n’ai pas encore lu la série, mais il y a de fortes chances que je commence par ce préquel…
    Dans tous les cas, ça semble rafraîchissant que l’autrice n’ait pas transformé Snow en beauseigne pour expliquer ce qu’il est devenu…

    J’aime

  2. Je suis d’accord avec toi sur les détails sur l’univers et le passé de Snow qui est déjà une saleté égocentrique^^ son évolution est intéressante!
    Je ne sais pas si je veux une suite, j’aimerais plutôt d’autres histoire genre les jeux de Mags par exemple 😊
    Je suis un peu moins positive que toi globalement mais on est plutôt d’accord (je suis juste plus chiante que toi mdr)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s