[Chronique] Dreamcatcher de Stephen King

72668322_10220962145546592_404885239849025536_n

Nombre de tomes : /
Genre : Horreur
Edition : Albin Michel
Date de sortie : 2002
Edition : paperback
Pages :  687 pages
Ma Note : ★★★★★
Où le trouver : Cliquer ICI

Quatre amis se retrouvent annuellement pour une partie de chasse dans une forêt du Maine. Elle fut jadis leur terrain d’aventures, en compagnie de Duddits, l’enfant mongolien qu’ils avaient adopté comme un petit frère. Et le théâtre, aussi, d’événements qu’ils se sont efforcés d’oublier. Mais les mystères ressurgissent, sous la forme de présences étranges et menaçantes que l’armée a entrepris de surveiller de près. Au point de vouloir éliminer tous ceux qui ont pu être au contact de la chose…

C’est à l’écriture de cette chronique que je découvre que le roman à une adaptation cinématographique avec Morgan Freeman, je vais le regarder avec plaisir du coup ^^

 

Comme d’habitude avec le King, au début on nous met dans le bain, dans une bonne ambiance montagneuse et neigeuse et progressivement, l’histoire se développe. Mais le roman est vraiment trop long, même si on ne s’ennuie pas puisqu’il se passe des choses.

Encore une fois on a les thèmes favoris de Stephen King, l’enfance/adolescence, un groupe d’amis et un univers fantastique qui se passe à Derry. Pour moi ça fonctionne super bien. Le petit groupe se retrouve donc dans le chalet de l’un d’eux pour chasser et surtout se retrouver entre eux, … mais rien ne va se passer comme prévu.

Au début j’ai vraiment eu du mal avec « duddits » qu’est-ce que s’était, ou qui c’était et je pense que c’est pour nous embrouiller le cerveau afin qu’on se pose des questions, et bien vous savez quoi ? ça marche ! Dreamcatcher est imprévisible !!

J’ai beaucoup aimé, le petit rappel au roman « ça« , où les personnages de Dreamcacther sont confrontés, c’était vraiment amusant à lire. Il y a de nombreux flashback, c’est un peu perturbant, mais si on se laisse porter, sans trop cogiter, ça passe tout seul !

J’ai donc hâte de voir le film, puisque j’ai beaucoup aimé cette histoire, même si je sens que l’adaptation sera beaucoup moins bien, car c’est un univers assez cliché, qui mêle les gros bras de l’armée et une bande de potes qui tentent de sauver l’humanité lol.

Les citations de Dreamcatcher

Henry acquiesce partout où il convient d’acquiescer, entend tout sans vraiment y prêter attention. C’est un truc que les psychanalystes savent faire depuis toujours.

Les lunettes étaient un modèle enveloppant tout ce qu’il y avait de plus chicos et à la mode, et lorsque le patron les avait sur le nez, impossible de dire où il regardait. Et il ne fallait surtout pas se fier à la direction dans laquelle etait tournée sa tête.

Il ne pensait pas apprendre un jour ce qui s’était réellement passé ici, mais une chose était sûre : cette fois l’attrape-rêves avait pris un véritable cauchemar dans son filet.

C’était donc ça, les maître de l’univers que tant de films nous avaient appris à redouter ? D’impitoyable conquérants qui voyageaient entre les étoiles mais ne savait pas comment couler un bronze ou calculer un pourboire ?

L’orgueil était la ceinture avec laquelle on retenait son pantalon, même quand on avait plus de pantalon.

4 réflexions sur “[Chronique] Dreamcatcher de Stephen King

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s