[Chronique] La fille aux yeux d’or de Christine Navarro

Nombre de tomes : /
Genre : Enquête
Edition : De Borée
Date de sortie : 18 avril 2019
Edition : paperback
Pages :  270 pages
Ma Note : ★★★★★
Où le trouver : Cliquer sur l’image ci-dessus

1970. Camille Saint-Vallier, journaliste, est dépêchée dans la Haute-Loire pour suivre l’affaire de la voyante découpée en morceaux. Tous les grands journalistes sont là, car cette affaire de faits-divers cache quelque chose. Erika, belle femme aux yeux d’or, et qui plaît aux hommes, enquête. Elle finira par mettre la main sur des documents qui compromettent nombre d’hommes politiques, tandis que le compte en banque suisse de la soi-disant voyante est vidé par un inconnu.

Un grand merci aux éditions De Borée pour l’envoi de La fille aux yeux d’or qui me faisait très envie !

59746466_10219184541507602_2387525075206144_n

Une belle enquête menée par une journaliste parisienne, dans la France profonde des années 70 !! Des amourettes ici et là qui ne prennent pas trop le pas sur le côté thriller du roman.

On retrouve dans ce livre ce qui fait le charme des années 70, c’est-à-dire la description de la mentalité de l’époque, la mode, les parties de flipper aux bars et surtout la musique, qu’il est agréable que les personnages soient plongés dans un univers vivant et rythmé au son de la musique, j’avais vraiment l’impression d’y être !

De belles descriptions qui permettent donc de bien situer l’histoire et qui nous projette en haute-loire lors d’une enquête de police, si l’on ne sait pas bien où messieurs les gendarmes font de leurs journées, on suit en revanche celle de cette jeune journaliste à l’esprit libre, qui ne chôme pas durant cette semaine à bord de sa Mini Cooper.

Un personnage principal qui semble avoir des pouvoirs magiques, qui permettent de délier les langues et s’attirer la sympathie du commun des mortels, sait aussi manier la plume autant que les scoops. Je n’ai pas été très attaché à son personnage, car elle n’a peur de rien (en même temps en étant journaliste d’investigation il faut quand même être sûr de soi !) et ne semble pas connaître angoisse ni la retenue, une sorte de licorne bad-ass qui nous servirait de modèle.

Les collègues masculins de Camille sont clairement coiffés au poteau et on sent bien que notre reporter ne se laisse pas mener par le bout du nez par qui que se soit ! Il était très agréable de la suivre. J’ai passé un très bon moment !

Les citations de La fille aux yeux d’or

Beaucoup de femmes (…) percevant la famille comme un « lieu d’aliénation » selon le terme à la mode, la remettait en question et dénonçait le rôle maternel comme carcan à l’épanouissement personnel.

5 réflexions sur “[Chronique] La fille aux yeux d’or de Christine Navarro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s