[Chronique] Une saison au bord de l’eau de Jenny Colgan

Nombre de tomes : /
Genre : Contemporain, Chick-Lit
Edition : Pocket
Date de sortie :  6 juin 2019
Edition : paperback
Pages :  476 pages
Ma Note : ★★★★★
Où le trouver : Cliquer ICI

Assistante juridique dans un cabinet d’avocats à Londres, Flora McKenzie était loin d’imaginer qu’il lui faudrait, pour son travail, retourner à Mure, l’île sur laquelle elle a grandi. Une île qu’elle a quittée avec perte et fracas après le décès brutal de sa mère, quelques années plus tôt. Quand elle arrive à Mure pour s’installer dans la ferme familiale, la jeune femme sent très vite qu’elle n’est pas la bienvenue. Les non-dits et les rancœurs du passé empoisonnent ses relations avec son père, ses frères, mais aussi avec la plupart des habitants du village. Jusqu’au jour où Flora tombe par hasard sur le vieux cahier de recettes de sa mère. En se plongeant dans ce carnet, elle se découvre une nouvelle passion pour la cuisine qui pourrait bien l’aider à se réconcilier avec sa famille et son île natale. Emportée par son élan gourmand, Flora décide de rénover une boutique sur le port dans l’espoir d’y ouvrir un restaurant éphémère…

J’ai commencé à me lancer dans la lecture de livre de Jenny Colgan avec une saison au bord de l’eau. C’est une petite histoire plutôt sympathique, très feel good, mais sans surprise (et donc sans saveurs ?). C’est un roman agréable à lire en été, je n’en retiendrais cependant pas grand-chose dans quelques semaines probablement.

Les personnages sont très clichés et stéréotypés, un riche patron (jeune et beau) qui ne fait que bosser pour éviter de trop penser à ses problèmes. Une jeune « nobody » qui tente de se faire une place dans le monde du travail, qui n’a pas confiance en elle, est timide et qui ne s’est toujours remit de la mort de sa mère. Est-ce que ça vous fait penser à un autre couple très célèbre ? Non ? Et bien moi ça m’a fait penser à Fifty Shades of Grey, sauf que Jenny Colgan n’en a pas fait une romance érotique, mais une gentille amourette.

Malheureusement, les autres personnages sont tout aussi clichés et un peu fadasses. Fintan était un personnage intéressant et qui ajoute un peu de piquant (et pas par la grosse révélation qu’il va faire) mais plus parce qu’elle à un hobby : la confection de fromage. Et son franc parlé est rafraichissant.

On connait la fin de l’histoire avant même qu’elle soit arrivée et ça rend le tout assez long à lire. Ce n’est pas mauvaise lecture en ce qui me concerne mais c’est assez moyen. Et je pense qu’il ne faut pas en attendre trop.

4 réflexions sur “[Chronique] Une saison au bord de l’eau de Jenny Colgan

  1. Je l’ia lu il y a un petit temps déjà (quelques années en fait je crois puisqu’il me semble en avoir fait une mini chronique sur mon blog XD). J’en garde un bon souvenir mais sans plus, effectivement pas mal de clichés! Pas le meilleur de l’autrice si j’ai bien compris!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s