[Chronique] Heartstopper de Joy Fielding VO

Nombre de tomes : / 
Genre : Thriller
Edition : Pocket Books
Date de sortie : 24 octobre 2007
Edition : poche 
Pages : 549 pages 
Ma Note : ★★★★☆ 
Où le trouver : Cliquer ICI

Welcome to Torrance, Florida. Population: 4,160. As Sheriff John Weber would attest, the deadliest predators to date in his tiny hamlet were the alligators lurking in the nearby swamps. But that was before someone abducted and murdered a runaway teenage girl…and before the disappearance of popular and pretty Liana Martin. The pattern is chilling to Sandy Crosbie, the town’s new high school English teacher. With a marriage on the rocks, thanks to her husband’s online affairs, and a beautiful teenage daughter to protect, Sandy wishes she’d never come to the seemingly quiet town with shocking depths of scandal, sex, and brutality roiling beneath its surface. And as Sheriff Weber digs up more questions than answers in a dead-end investigation, one truth emerges: the prettiest ones are being targeted, the heartstoppers. And this killer intends to give them their due….

Ce roman est une belle briquette et pourtant ce fut un vrai plaisir à lire ! Il aborde le thème du harcèlement/bullying scolaire, mais pas uniquement puisqu’on retrouve l’homophobie, la grossophobie, l’adultère. Et c’est amené de façon très naturelle.

Pour mon plus grand plaisir, je peux enfin vous annoncer que le suspect que j’avais en tête s’est révélé être le bon et je l’avais deviné depuis le début (j’étoffe enfin mes capacités de détective).

Concernant les personnages, ils sont très crédibles, chacun à ses petites contrariétés dans la vie et ne pensent pas aux sentiments de son voisin et aux conséquences que ça peut avoir psychologiquement et émotionellement parlant. L’égoïsme de chacun d’entre eux crédible sans pour autant être trop appuyé ou caricatural. Les personnages n’en font d’ailleurs qu’à leur tête et ne prennent (selon moi) pas très aux sérieux la vague de disparition/meurtres qu’il se passe.

J’ai bien aimé l’alternance de narration entre « The Killer’s journal » et la narration classique c’était vraiment bien pensé. On a si peu l’occasion de lire des romans qui se mettent du point de vue des tueurs.

J’ai aussi apprécié que le roman ne s’arrête pas à la capture du tueur, mais qu’il creuse un peu pour qu’on découvre la vie du tueur après sa capture et surtout son état d’esprit après. J’ai trouvé ça intéressant et encore une fois original.

Bref c’est une très bonne lecture, je ne connaissais pas l’autrice, mais je suis ravie de l’avoir découverte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s