[Chronique] GIGN : Nous étions les premiers de Christian Prouteau et Jean-Luc Riva

Nombre de tomes : / 
Genre : Témoignage
Edition : Nimrod
Date de sortie : 4 novembre 2017
Edition : Paperback
Pages : 384 pages 
Ma Note : ★★★★
Où le trouver : Cliquer ICI

Le 5 septembre 1972, la prise d’otages des Jeux olympiques de Munich révèle la montée en puissance d’une nouvelle forme de terrorisme à laquelle les forces de l’ordre ne sont guère préparées. Quelques mois plus tard, le 3 novembre 1973, vingt-cinq gendarmes sélectionnés sur dossier se présentent à Maisons- Alfort pour y passer des épreuves d’un genre nouveau afin d’intégrer le GIGN n°1, une unité d’élite de la gendarmerie que le jeune lieutenant Christian Prouteau a été chargé de mettre en place. Aucun d’entre eux ne sait vraiment ce qui l’attend, mais les dix-huit candidats retenus ne vont pas tarder à découvrir que leur patron exige d’eux l’impossible afin de pouvoir répondre aux situations les plus extrêmes. Ensemble, ils vont devoir tout inventer pour parvenir à un niveau opérationnel jamais atteint.
Voici l’histoire sans fard des dix premières années du GIGN. L’histoire de dix-huit hommes au caractère bien trempé, menés par un chef atypique. En relevant le défi représenté par des missions de plus en plus complexes, ils vont aussi devoir convaincre quelques « gardiens du temple » résolument hostiles à l’existence même d’une unité d’élite au sein de la gendarmerie.
Pour la première fois, les protagonistes ont accepté de livrer leur témoignage sur ces premières années déterminantes dans l’identité du GIGN.

Je pense que c’est un livre avant tout destiné aux passionnés de l’univers militaire/gendarme/police, car il y a beaucoup de détails très techniques, que seul les amoureux de ses domaines pourront apprécier à leur juste valeur. Ou peut-être les aspirants au GIGN, c’est une mine d’informations !!

A titre personnel, je ne suis pas passionnée par l’univers, mais je m’intéresse facilement aux témoignages et autres biographies, donc j’ai été ravie de plongé dans les seventies franchouillardes et de la naissance d’une unité d’intervention sur les missions de prise d’otage ou de braquage à main armé.

On se rend bien compte que ces années-là étaient beaucoup plus libres et moins formatées. Surtout moins focalisé sur l’administratif et les diplômes … Je n’ai bien entendu pas connue ses années là, mais il y a quand même un petit sentiment de nostalgie à la lecture de ses quelques 300 pages.

Si le GIGN est encore « vivant » de nos jours c’est grâce à l’ingéniosité et à la ténacité de Christian Prouteau, le gendarme à qui est confié la mission de créer cette unité, de toute pièce. Qui n’a encore pas d’équivalent dans d’autres pays. ce sont les précurseurs et ses gendarmes français vont être les modèles dans la création d’unités équivalentes à l’étranger.

On retrouve donc dans cet ouvrage les souvenirs de la création du GIGN, les astuces du commandant Pourteau pour avoir du matériel. Les descriptions des situations où ils sont intervenus. Bilan c’est un livre riche en informations et très intéressant.

3 réflexions sur “[Chronique] GIGN : Nous étions les premiers de Christian Prouteau et Jean-Luc Riva

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s