[Chronique] Rome est une femme de Michel Chevalier

Nombre de tomes : /
Genre : Enquête, Policier, Historique
Editions : L’Harmattan
Date de sortie : 20 octobre 2020
Edition : paperback
Pages : 234 pages
Ma Note : ★★★★
Où le trouver : Cliquer ICI ou LA

« Rome est une femme » suit les pas de Cesare, un jeune policier de 21 ans, dont l’enquête sur le meurtre d’une jeune femme retrouvée sur la plage d’Ostia l’amène à croiser l’histoire de la Ville Eternelle et à affronter le pouvoir fasciste pour résoudre le crime.

Dans ses Itinéraires multiples enquête de l’assassin, de sa filiation et de sa sexualité, Cesare parcourt la Rome de 1935 dans laquelle la blancheur du travertin des églises s’oppose aux tenues noires des affidés du pouvoir. Il approche des femmes mystérieuses et affronte la vulgarité du quotidien totalitaire.

Son mentor, le commissaire Gaetano, le conduit à travers cette enquête, qui devient pour Cesare un parcours à la découverte de ses origines et de ses sentiments. Tout bascule lorsque la solution du crime met Cesare et Gaetano en présence du chef de toutes les polices du régime, qui en fait des complices malgré eux.

✧✧✦✦✧✧✦✦✧✧✦✦✧✧✦✦

Merci à l’auteur Michel Chevallier de m’avoir proposer la lecture son premier roman.

✧✧✦✦✧✧✦✦✧✧✦✦✧✧✦✦

C’est à travers le prisme d’un jeune apprenti policier tout juste sorti de l’adolescence, que nous découvrons la ville de Rome en 1935. Le fascisme est partout et le jeune Cesare essaye tant bien que mal de comprendre les valeurs traditionnelles que prônes « les chemises noires », tout en apprivoisant son désir, les femmes et sa vocation.

L’ambiance italienne fasciste est décrit à la perfection, on sent bien que l’auteur Michel Chevalier a travaillé son sujet d’arrache pied (ancien journaliste oblige) et qu’il aime Rome et sa population, qu’il dépeint avec excellence.

On apprécie la montée en compétence de ce jeune ingénu qui s’émerveille de tout sur son passage, ce qui peut se révéler un peu agaçant, il me semble qu’il a plus de 20 ans, mais semble très enfantin. Sa curiosité le mène d’ailleurs à trouver des indices et des preuves à compiler à son enquête, ce qui n’en est pas plus mal ! Son mentor, le commissaire Gaetano, est lui aussi un personnage très sympathique. Un homme droit, qui ne se laisse pas embrigader par le régime aussi facilement que ce qu’aimeraient certains.

Il faut souligner que la plume de l’auteur joue avec les métaphores entre deux descriptions de l’environnement Romain de nos personnages. Le rythme est efficace et ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer, l’affaire est rondement menée. Le récit met un point final à cette investigation italienne et on réalise que nous en somme déjà aux dernières pages. Ce n’est pas un coup de coeur, mais un très bonne lecture, en ce qui me concerne.

Et enfin je vous laisse avec les liens officiels du roman et d l’auteur :

Le site : www.romeestunefemme.com
La page Facebook : www.facebook.com/romeestunefemme
Le compte Instagram de l’auteur : www.instagram.com/michelchevallier_/

3 réflexions sur “[Chronique] Rome est une femme de Michel Chevalier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s