[Chronique] La légende de Larry Hoover de Alan Alfredo Geday

Nombre de tomes : / 
Genre : Historique
Edition : Autoédition
Date de sortie : 23 août 2020
Edition : paperback 
Pages : 256 pages 
Ma Note : ★★★★★ 
Où le trouver : Cliquer ICI

Sous le pont de Brooklyn, c’est le lieu de l’interdit. C’est aussi le lieu où l’on discute de la fausse démocratie. Le lieu des complots, des menaces, des espoirs et des secrets. Le lieu des gens de rien qui veulent faire changer le cours des choses. Des gens en colère ou en perdition. Les réunions, on les fait en cachette, parfois même à la sauvette lorsque l’on entend une sirène qui approche. Les policiers font la ronde et embarquent quelquefois des ennemis de l’ordre social, ou tout du moins des noirs qui restent trop tard hors du ghetto et qui se rassemblent autour d’un baril. Personne ne sait ce qui s’est déroulé par le passé sous le pont de Brooklyn. Il y a bien des légendes et des rumeurs, mais seule l’East River connaît la vérité. C’est l’histoire des bas-fonds qui se chante dans le frémissement de l’eau.

✧✧✦✦✧✧✦✦✧✧✦✦✧✧✦✦

Merci à l’auteur Alan Alfredo Geday de m’avoir proposer de lire son roman via le site simplement.pro.

SimPlement.pro

✧✧✦✦✧✧✦✦✧✧✦✦✧✧✦✦

Je crois que la première chose que j’ai fait après avoir refermé le livre c’est d’aller vérifier s’il existait un véritable Larry Hoover et la seule personne que j’ai pu trouver est le portrait d’un homme chef de gang né en 1950 mais dans la ville de Chicago. En tout cas les deux messieurs ont quand même pas mal de points communs. Le Larry Hoover du roman, est beaucoup plus lisse et beaucoup plus « socialement acceptable », même s’il participe à des actions peu glorieuses, on peu très facilement lui pardonner, puisque c’est un vétéran du Viet-nam et que le côté romantique et poétique du personnage lui donne des traits de doux rêveurs. Mais finalement Larry Hoover c’est un peu la représentation de tous les jeunes hommes de couleur de cette époque.

Il m’a d’ailleurs beaucoup fait penser à Macolm X, qui était une figure emblématique de la lutte contre les inégalités raciales avec le pasteur Martin Luther King qui était peut-être un peu plus tempéré. Malcom X était également de la ville de New York City et plus particulièrement d’Harlem, comme notre cher Larry.

Le récit est coupé en plusieurs parties, les années d’insouciances de Larry et son frère Mike, la partie qui se passe au Viet-nam, le retour au pays et enfin la prise de position de Larry pour faire avancer la cause des droits civiques des noirs.

J’ai trouvé la partie qui se passe pendant la guerre du Vietnam, relativement bienveillante, je doute que l’arrivée des nouveaux soldats noirs se soit aussi « bien » passé. Seul le commandant est rasciste et … (plus). En effet, son frère Mike, et son ami Jimmy se retrouve dans la même unité et en plus, ils arrivnte à nouer une vraie camaraderie avec les autres soldats. C’est sympathique à lire et ça enlève la tension déjà présente du faite d’être dans un climat de guerre, mais je n’ai pu m’empêcher d’être un peu dubitative sur la crédibilité de la chose (C’est mon esprit paranoïaque sans doute lol).

A travers, La legende de Larry Hoover, la plume d’Alan Alfredo Geday aborde les sujets importants de l’époque, elle est percutante, tranchante et efficace !! La ségrégation, le droit de votes des noirs, la guerre, l’injustice, le Ku Klux Klan, on sent l’auteur passionné par son sujet et qu’il y a eu de grosses recherches en amont de l’écriture !!

Je pense que ce livre peut s’adresser à n’importe quel type de lecteur, aux néophytes comme aux passionnés d’histoire américaine, le sujet est si bien détaillé, qu’on se laisse vraiment porter par la narration et l’auteur décrit si bien les scènes, que le récit se déroule un peu à la manière d’un film et sa bande originale jazzy, avec les quelques notes de Summertime ou encore si vous tendez un peu l’oreille vous entendrez de la musique s’échappant du club de Harlem entre les 140ᵉ et 141ᵉ street, le Savoy Ball Room où Mike et Larry vont danser.

Le roman trace la vie de la population noire des années 60 aux Etats-Unis, est-ce qu’en 2021 les choses ont changé malgré l’élection de Barack Obama ? C’est la question que vous vous poserez après avoir refermé le très bon La légende de Larry Hoover !

3 réflexions sur “[Chronique] La légende de Larry Hoover de Alan Alfredo Geday

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s