[Chronique] Remède mortel de Harlan Coben

Nombre de tomes : /
Genre : Thriller
Edition : Editions de Noyelles
Date de sortie :  2011
Edition : semi-hardback
Pages :  434 pages
Ma Note : ★★★★
Où le trouver : Cliquer ICI

Une clinique new-yorkaise hautement sécurisée.
Un médecin qui se suicide.
Des patients sauvagement assassinés.
Coïncidences ? Complot ?
Et si l’annonce prochaine d’une extraordinaire découverte médicale avait déclenché cette vague meurtrière ?

Sara Lowell, jeune journaliste très en vue, mène l’enquête. Mais ses révélations pourraient bien faire d’elle la prochaine victime d’un mystérieux serial killer…

Ce livre a été écrit en 1991 aka en pleine période de SIDA là où on en parlait le plus (j’ai l’impression) comme étant une maladie d’homosexuel, j’ai donc bien aimé que l’auteur se mouille sur un sujet qui avait dû faire parler et qui est de nos jours (malheureusement) toujours d’actualité.

Je reproche encore une fois à l’auteur de nous imposer son avis (même si je suis du même avis que lui pour le coup) sur « le Sida n’est pas une maladie de gay et les gens qui pensent ça, sont des idiots, cette maladie méritent d’être reconnue comme étant une maladie aussi importante que le cancer« . Comme si le lecteur n’était pas assez intelligent pour comprendre l’orientation de point de vue des personnages, c’est lourd et c’est pas si rare de retrouver ça dans des livres, laissez les lecteurs se faire un avis bon sang !!

Devinez quoi ? Comme d’habitude je n’ai pas trouvé qui était le fameux tueur, poualala, vais-je y arriver un jour ? (avec toute la littérature thriller et policière que je lis pourtant ….lol) C’est donc un gros carton de ce côté-là, Harlan Coben a encore une fois su me surprendre, mais l’histoire à quand même un goût très « vintage 90« .

J’aime beaucoup les policiers sur fond médical, (oui c’est peut-être la période qui veut ça lol) et le rythme du livre est assez intense comme d’habitude avec Harlan Coben et les pages se tournent toutes seules.

J’ai trouvé de grosses ressemblances avec le héros d’Harlan Coben, Myron Bolitar qui mène des enquêtes et qui est aussi un sportif qui a changé de carrière. Michael est basketteur qui est (on suppose) sur le point de partir à la retraite aussi. Concernant les autres personnages je n’ai pas trouvé qu’ils étaient très développés, ça ne m’a pas trop dérangé mais c’est un point qui peut avoir son importance.

3 réflexions sur “[Chronique] Remède mortel de Harlan Coben

  1. Encore un Coben qui semble efficace ! Quant à ce qui t’a agacée, je peux le comprendre, mais vu ce que j’entends encore parfois autour de moi, j’avoue qu’une piqure de rappel sur une évidence ne me semble pas une mauvaise idée. Après, rien n’empêche de le faire avec subtilité…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s