[Chronique] La peau sur les os de Stephen King

Nombre de tomes : /
Genre : Horreur
Edition : J’ai lu
Date de sortie : 1988
Edition : poche
Pages :  376 pages
Ma Note : ★★★★
Où le trouver : Cliquer ICI

Billy Halleck, bon époux, bon père, vit dans le Connecticut et exerce son métier d’avocat à New York. Boulimique, il pèse plus de cent kilos.
Un jour, il tue accidentellement en voiture une vieille gitane. Sa position de notable lui vaut de n’être condamné qu’à une peine de principe et les Gitans sont expulsés de la ville. C’est alors que Billy commence à maigrir, et de plus en plus. Il a beau se gaver, rien ne peut enrayer cette perte de poids qui risque l’amener à une issue fatale. Terrifié, il comprend alors que le chef de la tribu gitane lui a jeté un sort…

Je me demande où Stephen King est allé chercher toute une histoire sur quelqu’un qui maigrit, sérieusement je trouve ça incroyable qu’il arrive à nous captiver avec si peu :p

J’ai l’impression que le King aime bien le concept des « itinérants » qui ont des pouvoirs et qui s’en prennent à des citoyens lambda et c’est vrai que les gitans sont entourés de cette aura mystérieuse de personnes qui ont des dons. J’aime beaucoup les films ou livres avec des gitans, c’est pas forcément très flatteur pour eux d’ailleurs, mais ça marche à chaque fois !

J’ai bien aimé que ce soit Billy Halleck versus le reste de la société qui pense qu’il est juste fou ! Enfin … c’est pas tout à fait QUE Billy pour le coup heureusement il va trouver un peu d’aide, mais globalement on sent cette sensation de solitude et d’outsider.

Bien que Billy soit un peu un connard dans le sens où il n’arrive pas à reconnaître sa faute, on ne peut s’empêcher de compatir à son sort. Mais en plus on ne s’attend tellement pas à la fin qu’il décide de réserver, je suis tombée de haut et j’ai eu un peu de peine.

Les citations de La peau sur les os

✦ Même les situations les plus accablantes l’étaient jamais assez pour lui faire perdre le sommeil ou l’appétit.

✦ Et puis des boutons sur la gueule, ce n’est tout de même pas si aberrant que ça. À vous entendre, on se serait presque cru dans un roman de Stephen King, mais croyez-moi, vous êtes loin du compte. 

6 réflexions sur “[Chronique] La peau sur les os de Stephen King

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s