[Chronique] The Kingdom de Jess Rothenberg

91914033_10222198353251012_6348890402921119744_n

Nombre de tomes : /
Genre : Young Adult, Science-fiction
Edition : Casterman
Date de sortie : 4 mars 2020
Edition : paperback
Pages :  399 pages
Ma Note : ★★★★★
Où le trouver : Cliquer ICI

Ana, mi-humaine, mi-robot, est l’une des sept hybrides conçues pour divertir les visiteurs du parc d’attractions Kingdom, petits comme grands. Sa vie prend cependant un autre tournant quand elle est accusée d’avoir assassiné Owen, l’un des membres du personnel. Commence alors un procès haletant, où la vérité n’est pas forcément celle que l’on croit…

C’est au détour d’une allée en faisant mes courses en hypermarché pendant le confinement (en période de Covid-19 si vous lisez cette chronique plus tard dans l’année) que j’ai acheté The Kingdom, j’avais envie de lire du Young adult et c’est donc celui-ci qui fut l’heureux élu … Et on peut définitivement dire que c’est un excellent page turner et je ne pensais pas que le roman serait aussi passionnant et intense.

Le personnage d’Ana est parfois très agaçante et parfois très touchante parce que très naïve, très enfantine dans sa manière de penser. Puisqu’on va, pas à pas, suivre son évolution et c’est comme un petit enfant qui s’éveille à la vie, grâce à ses soeurs hybrides ainsi que le personnage d’Owen, dont elle va être accusée d’avoir prémédité son meurtre.  On se demande donc comment la parfaite Ana, qui ne fait pas un pas de travers et qui veut toujours agir au mieux, a pu faire pour se retrouver dans cette situation…

L’intrigue était très originale dans le sens où ça m’a pensé au développement de l’histoire de la série How to get away with murder, car on a des flash forward qui nous relatent le compte rendu du procès d’Ana, qui entrecoupe l’histoire que nous narre Ana du temps ou Owen était toujours en vie. Et cette alternance dans le récit apporte beaucoup de suspens et nous incite à tourner les pages sans relâche.

Pour moi The Kingdom c’est un mix entre la série Westworld et les parcs Disney que l’on connait tous, on peut donc facilement imaginer l’univers. C’est un excellent roman qui incite à se poser des questions éthiques sur la technologie, les animaux qui se produisent pour divertir un public, la liberté et la société elle-même !

Les citations de The Kingdom

♔ À l’époque, avant l’instauration des règlements strictes concernant la sécurité et le développement des hybrides, on enlevait de jeunes animaux à leur famille de l’océan, on les forçait à se donner en spectacle, à se reproduire et à vivre dans des bassins si minuscules et si peu stimulants qu’ils finissaient à moitié fous. Dans certains cas, ils devenaient hostiles. Certains ont même dévoré leur dresseur en pleine représentation.

♔ Je me mets à trembler. C’est impossible. Fantasistes ne peuvent pas pleurer. Les anomalies sont dangereuses. La magie, c’est la routine. Cela ne fait pas partie de la routine.

4 réflexions sur “[Chronique] The Kingdom de Jess Rothenberg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s