[Chronique] La Douane de mer de Jean d’ Ormesson

69848047_10220205800638442_4668478809069060096_n

Nombre de tomes : /
Genre : Fantastique, philosophie
Edition : Gallimard (Collection blanche)
Date de sortie : 1991
Edition : paperback
Pages :  550 pages
Ma Note : ★★★★
Où le trouver : Cliquer ICI

L’auteur meurt à la première ligne. Au moment où il survole, avec un sentiment de mélancolie dû à sa situation, la Douane de mer à Venise, il tombe sur un esprit venu d’Urql, dans une lointaine galaxie, pour étudier l’univers. L’esprit surgi d’ailleurs s’appelle A. Il considère avec stupeur une planète dont il ne sait rien et qu’il a du mal à comprendre. Le défunt s’appelle 0. Avant de quitter à jamais pour une destination inconnue les bonheurs et les plaisirs de notre vallée de larmes, 0 va présenter le monde à son nouvel ami. Trois jours durant, à l’usage des gens d’Urql qui ont le malheur d’ignorer que nous sommes le centre de tout, A et 0, aile contre aile, parcourent l’espace et le temps et rédigent un rapport sur la Terre et les hommes.

C’est mon premier Jean d’Ormesson donc je ne sais pas si l’auteur est coutumier du style où non … En tout cas il est clair que c’est un roman d’originalité incroyable ! C’est le genre de livre qui vous fait sentir minuscule face à l’immensité du monde et surtout de l’univers !

La grande question à se poser pendant la lecture c’est « Comment expliquer à une personne venant d’un autre monde, qui ne connait ni la vie, ni la mort, ni l’existence d’un monde, de la réflexion, notre monde ». Il est par conséquent bien ardu de savoir par où commencer.

Je pense que pour apprécier un livre pareil il faut le déguster petit à petit, chapitre après chapitre. Je ne pense que s’enfiler un livre pareil d’un coup soit une bonne idée si on veut l’apprécier… Je pense qu’on peut définitivement avoir une impression de longueur (qui n’est pas vraiment qu’une impression du coup), c’est pourtant un très beau livre poétique qui nous fait réfléchir sur nous-même non pas en tant que personne, mais en temps qu’être humain.

L’écriture de Jean d’Ormesson est pétillante et malicieuse avec une auto-dérision rafraîchissante, qui tire sur le philosophique, on sent clairement qu’il s’amuse avec les petits clins d’oeil (notamment à Gallimard). C’est une écriture intelligente sans pour autant qu’on verse dans l’arrogance.

J’ai bien aimé cette lecture étrange, c’est un récit audacieux et il était risqué de le faire sur autant de pages que ça. Je vous conseille de lire quelques pages avant un achat de La Douane de mer, ainsi vous verrez si le style peut vous plaire.

Les citations de La Douane de mer

✦ ✦ ✦ La mort est inséparable de la vie. La vie est liée à la mort. Tout ce qui est vivant mourra. Tout ce qui est mort à vécu. Je n’ai vécu que pour mourir et je suis devenu un mort parce que j’étais un vivant. Ce sont les vivants qui meurent. Mais la vie continue. Ce qui est vivant disparaît la vie se poursuit.

✦ ✦ ✦ Tu ne pouvais pas trouver, dans ce monde et dans son histoire, un moins bon idée que moi. Mais sur l’être mmon cher A, j’en sais autant que toi. Parce que la science de l’être, ou plutôt sa lumière, est en chacun de nous.

✦ ✦ ✦ Le bonheur est autre chose qu’une masse de satisfaction, qu’une accumulation de succès et de plaisir. Tout se passe comme si le bonheur était toujours un peu plus loin.

2 réflexions sur “[Chronique] La Douane de mer de Jean d’ Ormesson

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s