[Chronique] La Machine à brouillard de Tito Desforges

 

Nombre de tomes : /
Genre : Thriller
Editions : Taurnada
Date de sortie : 13 février 2020
Edition : ebook
Pages :  151 pages
Ma Note : ★★★★
Où le trouver : Cliquer ICI

Mac Murphy est un soldat d’élite. Mac Murphy est fort. Mac Murphy est dur. Mac Murphy est fou. Mac Murphy trimbale dans sa tête une épouvantable machine à brouillard qui engloutit ses souvenirs, sa raison et l’essentiel de son âme, morceau après morceau.
Quand les habitants de Grosvenore-Mine, ce village perdu dans les profondeurs de l’Australie, se hasardent à enlever la fille de Mac Murphy, ils ne savent pas à quel point c’est une mauvaise idée.
Une époustouflante plongée dans l’amour d’un père pour sa fille et dans les tréfonds de la démence d’un homme. Inlâchable. Attention : cauchemar.

▼ ◄► ▼ ◄► ▼ ◄► ▼

Encore une fois je remercie la maison d’édition Taurnada qui m’a proposé de découvrir la plume de Tito Desforges.

▼ ◄► ▼ ◄► ▼ ◄► ▼

Le roman m’a beaucoup fait penser à l’excellent thriller psychologique mis en scène par Martin Scorsese, je veux bien entendu parler de l’excellent Shutter Island. J’ai également trouvé qu’il y avait une petite ressemblance, avec le roman Benzos de Noël Boudou où l’on est dans la psyché du personnel principal.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Mac Murphy, qui a très clairement une araignée au plafond, ou bien du brouillard pleins la tête si je puis dire. Il est à la fois effrayant et très attachant. Il réagit au quart de tour, toujours avec son coeur, dans le but de protéger sa fille. Et plus on avance dans le récit plus on se demande s’il vit dans une perpétuelle illusion ou s’il vit une vie d’outsider violent.
Dans le cadre de sa thérapie avec son psychiatre, la majorité du roman est donc narré par cet ancien soldat d’élite, nous plongeons donc avec lui dans des souvenirs embrumés.

L’auteur nous décrit un amour infini d’un père à sa fille et qui malgré sa maladie, tente de la sauver d’une conspiration d’enlèvement ? On ne sait pas trop quoi qu’il en soit il donne vraiment tout !

Au début on a l’impression que l’équipe médicale est assez froide, que Mac Murphy n’est qu’un patient et puis au fil des pages on sent que le psy est désolé de voir l’état de son patient, tout comme l’assistant psy qui nous propose une réflexion personnelle sur la situation.

C’est donc une bonne découverte qu’est La Machine à brouillard, si vous aimez l’aspect psychologique dans un thriller ou plus généralement une histoire.

2 réflexions sur “[Chronique] La Machine à brouillard de Tito Desforges

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s