[Chronique] Ne t’éloigne pas de Harlan Coben

70306429_10220268681330420_4138784551197474816_n

 

Nombre de tomes : /
Genre : Thriller
Edition : Pocket
Date de sortie : 6 mars 2014
Edition : Poche
Pages :  428pages
Ma Note : ★★★★
Où le trouver : Cliquer ICI

A Atlantic City, le même soir, deux personnes, Stewart et Cassie, disparaissent sans laisser de trace.
Dix-sept ans après :
Cassie mène une vie rangée de parfaite mère au foyer.
Ray, son ex-petit ami, est un homme brisé, rongé par ses cauchemars.
L’inspecteur Broome est hanté par un mystère qu’il n’a jamais résolu : qu’est-il arrivé à Stewart, ce bon père de famille, cette nuit-là ? Quel lien entre lui et Cassie ?
Un incident va tout faire basculer… Et si le temps était venu pour chacun d’affronter son passé et ses secrets ? L’insoutenable vérité, enfouie depuis dix-sept ans, va-t-elle pouvoir enfin éclater ?

Mon premier Harlan Coben et certainement pas le dernier !!! J’ai adoré ma lecture, j’ai trouvé un thriller intriguant et passionnant, avec une enquête drôlement bien menée, un suspens parfait et des personnages attachants.

D’après les critiques, il paraît que celui-ci était un peu longuet par rapport aux autres romans de l’auteur, je n’ai pas trouvé que c’était le cas personnellement, l’avenir me dira si l’auteur adopte un style un peu fluide.

J’ai adoré le fait que le suspens ait été présent jusqu’au bout, jusqu’à la dernière minute, j’imaginais tout et son contraire concernant l’identité du tueur et à aucun moment je n’ai pensé à ce personnage, je suis parfois tellement crédule c’est pas possible lol. L’intrigue est très bien ficelée.

C’est un fait rare pour moi, mais aucuns des personnages ne m’a agacé et surtout parmi les personnages féminins que je trouve toujours un peu niais, à toujours faire des choix improbables pour se mettre dans des situations dignes des demoiselles en détresse qui ont besoin d’un chevalier en armure blanche.

Même les méchants étaient super cool et pas de vulgaires méchants pour tenir ce rôle. Ils avaient une véritable identité, un vrai but qui était logique. Même si on sentait bien qu’ils n’avaient pas la lumière à tous les étages, j’ai vraiment beaucoup aimé ce couple hors des sentiers battus.

Les citations de Ne t’éloigne pas

✦ Pour un homme, la télécommande, c’est comme un doudou. Il est incapable de regarder la télévision sans en avoir une sous la main, au cas où.

✦ Avec les valises qu’il avait sous les yeux, il avait de quoi entreprendre une croisière de trois semaines.

6 réflexions sur “[Chronique] Ne t’éloigne pas de Harlan Coben

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s