[Chronique] Les loups de Riverdance T1 : Lucas


Nombre de tomes : 3
Genre : Bitlit, Romance MM
Edition : Milady
Date de sortie : novembre 2014
Edition : ebook
Pages :  481 pages
Ma Note : ★★★★
Où le trouver : Cliquer sur la photo du livre ci dessus

Lucas parcourt les États-Unis sans jamais oser poser ses bagages. Le jeune homme se sait traqué. Pourtant, lorsqu’il s’installe dans cette petite ville des North Cascades, il ne peut s’empêcher d’espérer autre chose de la vie. Au point de baisser sa garde. Jusqu’au jour où les ténèbres de son passé le retrouvent et commencent à massacrer méthodiquement son entourage. Son salut viendra de Marcus. Un homme beau, fort, plus âgé, qui fait battre le coeur de Lucas. Mais Marcus est avant tout un loup-garou et la nature même de Lucas est pour lui une abomination…

Après en avoir beaucoup entendu parler sur le compte twitter de xiaofengpinku qui est LA personne sur twitter qui parle énormément de lectures MM … Et on en a bouffé des tweets sur Les loups de Riverdance !!! Il fallait que je tente l’expérience après ses précieux conseils pour ma première lecture MM avec Coda…. (D’ailleurs si tu passes par là, merci, je te fais un gros bisou)

Et donc j’ai fini par succomber aux Loups de Riverdance. Et je l’ai trouvé vraiment hyper long, je me suis même demandée si j’allais en voir le bout tellement c’était long …

J’ai vraiment eu des problèmes de compréhension avec le caractère de Lucas, qui est vraiment très fort par moment (presque sans émotion) et juste après, il va fondre en larmes pour trois fois rien (enfin ce qui ne me semble rien…).

Je pense que l’auteure a voulu le rendre fort, quand il s’agit d’être un tueur pour se défendre, un chasseur, …ect. Mais dès qu’on parle de sentiments et d’émotion c’est une vraie midinette de 12 ans qui fait presque des caprices (et ça m’a vraiment laissé de marbre et j’avais hâte qu’il se reprenne) du coup on constate que notre Lucas est un grand sensible.

Certains termes m’ont aussi beaucoup dérangé dans le sens où l’on sent que c’est l’auteure qui parle à travers les mots de Lucas et n’ont pas Lucas et je trouve que c’est un point noir, puisque l’auteure est une femme plus âgée, avec une culture et un meilleur vocabulaire que Lucas et cela se sent dans les propos tenus par celui-ci.

Il s’auto-traite de jeune-homme à tout bout de champs qui fait ça ? Je ne me suis jamais traitée de jeune fille personnellement et je n’ai jamais entendu dans la bouche de qui que ce soit se traiter de la sorte.

Lucas emploie une ou deux fois dans le récit « Pédéraste »et « Pédérastie » mot dont je ne connaissais pas la définition avant de lire … C’est donc un homme qui aime les ado ou les pré-ado masculins. Lucas âgé de 21 ans, s’affuble de ce sobriquet à un moment donné, ce qui n’a absolument aucun rapport puisqu’il est très jeune lui aussi (je n’ai pas trop compris lol).

J’ai également trouvé que les personnages féminins souffraient du syndrome du banc de touche. Peu de discours, pas de grands rôles, les femmes font la popote, consolent et ça ne va pas chercher bien plus loin, c’est vraiment dommage, car c’est un très bon roman.

Je ne fais que pointer du doigt les défauts mais c’était une super lecture, j’ai beaucoup aimé l’alliance bitlit et romance MM, ça fait du bien de voir que l’intrigue bitlit n’a pas été relégué au second plan comme dans d’autres séries que je ne nommerai pas (Les vampire de Chicago par exemple lol) j’ai beaucoup aimé les personnages de Léo et Michael.

Les citations de Les loups de Riverdance T1 : Lucas

☞ Et si des larmes se mêlent à l’eau de la douche sur mon visage, si mon cœur est serré qu’il me fait plus mal que tous les coups reçus, personne n’a besoin de le savoir, c’est entre moi et moi, comme toujours. Sexe et mort la journée à été rude, comme un résumé de ma vie… Pathétique.

☞ Il profite du mini-embouteillage devant le comptoir pour me lancer une œillade brûlante, ses yeux sombres chauds comme du chocolat fondu, et il ne m’en faut pas plus fondre aussi, enfin une part de moi, tandis qu’une autre durcit instantanément dans mon jean.

☞ Le malheur qui forge les mauvais garçons est aussi le parfum qui attire leurs victimes, telles une plante carnivore, dans leurs rets cruels. Les plaindre, c’est déjà les aimer, et les aimer, c’est souffrir, car rien n’est plus contagieux que le malheur.

 

2 réflexions sur “[Chronique] Les loups de Riverdance T1 : Lucas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s