Interview de Svetlana Mori

Bonjour mes chats,

Aujourd’hui rendez-vous avec l’auteure Svetlana Mori qui a gentiment accepté ma demande d’interview.

Après avoir lu Abyss, même si dans le livre on retrouve pleins de petits secrets concernant la rédaction, j’avoue qu’encore une fois je voulais en savoir un peu plus ^^

Ma chronique ICI.

➫ Qui êtes-vous Svetlana Mori ? D’ou vient ce pseudo ? 

Bonjour ! J’ai actuellement 28 ans et je vis en Bretagne-sud, dans ma ville natale… ce que ne reflète effectivement pas du tout mon nom de plume ! xD

La nécessité de prendre un pseudo s’est fait sentir dès que la question de partager mes textes s’est posée. J’ai toujours beaucoup aimé les prénoms à consonance slave, et comme, à l’époque, mon plus gros projet était Snowfrost (et l’est toujours, d’ailleurs…), le choix du prénom n’a pas été trop difficile. Pour « Mori », il s’agit du mot japonais pour « forêt », rappelant là encore Snowfrost mais aussi et surtout mon attachement indéfectible envers la verdure.

Écrire, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Un besoin vital… j’avoue que ma plus grande peur serait de me retrouver incapable de coucher sur papier toutes ces histoires qui ne cessent d’apparaître dans ma tête ! Mon cerveau est toujours en ébullition, c’est même parfois pénible… xD

C’est aussi un moyen d’évasion, mais différent de la lecture ou des jeux vidéo. Car créer, ce n’est pas comme se laisser emporter dans un univers imaginé par d’autres.

➫ Depuis quand écrivez-vous ?

Depuis que j’ai eu l’âge de tenir un crayon ! Au début, ça a été des histoires courtes sur feuille volante gribouillées à l’école après les contrôles et pendant les récrés, puis je suis passée aux cahiers vers mes huit ans environ. A partir de mes douze ans, tout mon temps libre y est passé. J’ai fait une pause entre 2010 et 2012, mais n’ai plus arrêté depuis.

➫ Quand trouvez-vous le temps d’écrire ? 

Mon handicap ne me permet pas de travailler, y compris à distance, donc techniquement, « n’importe quand, du moment que je suis en état ». Mais ayant pris l’habitude d’écrire durant la moitié de la nuit à la lointaine époque où j’étais scolarisée, même maintenant, c’est tard dans la soirée que ça fonctionne le mieux. J’ai dû changer de rythme depuis que je suis en couple (sinon, mon conjoint ne me verrait pas de la semaine ! xD) mais même après plusieurs années, j’ai un mal fou à m’adapter à un mode de vie diurne. Du coup, maintenant, c’est plutôt le matin, avant de devenir une vraie limace.

➫ Avez-vous un petit rituel d’écriture ? (Mug de Thé, Musique, …ect)

Pas vraiment, mis à part la nécessité d’être coupée du monde, donc je m’isole dans mon ancienne chambre ^^ C’est pareil pour la dactylo (qui sert de second jet), si Monsieur est à côté à jouer/coder des trucs/ s’agiter, impossible de me concentrer sur mon texte, alors j’attends qu’il soit au boulot.

Sinon, je m’assure d’avoir toujours des lingettes à portée de doigts, vu que je me tartine toujours de l’encre partout… xD

Où trouvez-vous votre inspiration ?

A peu près partout… mais la musique, la nature et mes rêves sont sans doute les sources principales. Ça peut être un paysage, une ambiance, vraiment n’importe quoi. Il ne faut parfois pas grand-chose pour qu’une idée d’histoire poppe. Comme cette vieille ferme en ruines dans un champ au milieu de nulle-part, aperçue quelques secondes, qui a donné le point de départ du tome 4 de Last Sorceress. Le bateau de Johanna dans Call of the Sea est un « rescapé onirique », et Snowfrost entier est dû… au niveau « bibliothèque » de Castlevania Aria of Sorrow. Ben oui, après tout, un vampire, ça doit sacrément s’ennuyer au bout d’un moment, si tous ces bouquins sont là, ce n’est sans doute pas pour la déco. … C’est comme ça que sont nés Lazlo et son gloom !

➫ Quels sont vos projets d’écriture ?

Actuellement, je suis sur un projet tout récent, commencé pour le Camp NaNoWriMo d’Avril : L’ultime sortilège, un truc de fantasy un tout petit peu moins romancé que d’habitude, avec une vraie quête et tout.

J’aimerais aussi toujours sortir Witched pour Halloween, mais avec un ordi qui ne s’allume qu’une fois sur trois, j’y crois de moins en moins…

Il faudrait également que je poursuive la réécriture des premiers tomes du Mercenaire de l’ombre et de Last Sorceress, que je termine Black Phoenix et la dactylo de Treasure Hunters (une fanfic dans l’univers d’Harry Potter)… Presque tous les lecteurs m’ont réclamé une suite pour Abyss, du coup, je leur ai promis un recueil d’histoires courtes.

Et puis, il y a tout le reste, les trucs en stand-by, les sagas au long cours, les projets prêts-à-être-écrits mais toujours pas commencés…

➫ Avez-vous un livre qui a changé votre vie ?

… La révélation de la honte ? 50 Shades of Grey. Non, je ne l’ai pas lu (hormis quelques extraits, qui m’ont largement suffi ! xD). En revanche, je me suis dit que si un truc comme ça avait trouvé son public, adoré par certains, conchié par beaucoup d’autres, n’importe quel texte pouvait trouver le sien. Qu’il y avait un public pour tout, même les trucs les plus obscurs. Peut-être même bien pour mes mélanges fantasy-guimauve, après tout… Et c’est comme ça que mes textes sont sortis de leur coffre cadenassé.

Sinon, je dirais « Le Violon du Diable » d’Armand Toupet. C’est une nouvelle fantastique jeunesse… enfin, pas si jeunesse que ça, où il est question de la rencontre entre une jeune fille tombée de cheval et un beau rebouteux qui, malheureusement, possède un violon ensorcelé qui charmera autant la demoiselle que son propriétaire. … Vous l’avez deviné, elle ne peut résister à la tentation et le violon ne pouvant avoir qu’un seul maître, le gars meurt brûlé vif au moment où l’héroïne s’en empare. Rongée par le remords, elle se jette dans un lac avec le violon, qui est le seul à remonter à la surface, jusqu’à venir s’échouer aux pieds d’une gamine soignée par le rebouteux. Fin. LE BAD ENDING TOTAL
Ce bouquin avait été une véritable claque parce que l’auteur a instauré une super ambiance, et surtout m’a fait découvrir qu’on pouvait faire de la romance « sombre ». Et j’ai adoré. C’était ça que je voulais, de la romance oui, mais torturée ! … Désormais, vous savez à qui vous en prendre quand mes héroïnes se retrouvent veuves xD

➫ Un dernier mot pour vos lecteurs ?

Merci à ceux qui ont laissé sa chance à Abyss. Je sais qu’un bouquin sorti de nulle-part (auto-édité qui plus est, donc sans la « validation qualité » de professionnels derrière) peut parfois rebuter, alors, quand en plus il s’agit d’un genre de niche… Et surtout, merci à celles et ceux qui m’ont donné leur avis dessus, en ont réclamé plus, et ont fait des remarques constructives, car c’est vraiment grâce à tout ça qu’on peut progresser sans se décourager. Même au bout de presque vingt ans plume en main, je n’en reste pas moins une débutante qui a des tas de choses à apprendre ^^

Enfin, je m’excuse sincèrement pour ma façon chaotique de bosser, celle qui fait que certains trucs sont en chantier depuis cinq ans, et que je n’ai aucune idée de l’ordre dans lequel vont sortir lesdits romans (et encore moins des dates).

Partie Abyss :

➫ Pouvez-vous parler d’Abyss ?

Abyss, c’est « Roméo et Juliette version maritime », en gros. Un homme-poisson, une humaine, des peuples en guerre depuis la nuit des temps, vous connaissez le refrain par coeur. Ce qui m’intéressait vraiment dans ce concept vu et (re-)revu, c’était d’aborder les notions de trahison et de culpabilité vis à vis des choix qu’on peut être amené à faire, surtout quand ces choix entraînent des dommages collatéraux et des dilemmes moraux.

Côté « envers du décor », c’est surtout mon projet le plus court jusqu’à présent (si on exclut les mini-textes de présentation de persos), qui, dès le début, n’était voué à être qu’une nouvelle toute simple, un truc plutôt « feel good », pas vraiment ma tambouille habituelle, quoi. Mais contrairement à Black Phoenix, je n’ai pas eu le temps de vraiment apprivoiser mes persos à cause de la façon dont il a vu le jour, alors que comme dans toute romance l’histoire entière est articulée autour d’eux. Ça a donc davantage été un exercice qu’une bouffée d’air xD

➫ Qu’est-ce qui a inspiré ce roman ? (Il paraît qu’il est né en 1 mois et 6 jours lors du NaNoWriMo* de novembre 2016, c’est bien ça ?)

C’est ça. 36 jours, dactylo incluse (seuls les chapitres bonus de la seconde édition ont été écrits dans les deux semaines qui ont suivi).

Le fait de faire le premier jet sur papier, les premières corrections également sur papier, le second jet pendant la dactylo (elle-même généralement faite au fur et à mesure avec un peu de décalage), et la suite des corrections en même temps que la chasse aux coquilles me permet de gagner pas mal de temps et d’éviter l’indigestion causée par la dactylo d’un manuscrit entier, sans empêcher de pouvoir y revenir plus tard avec du recul pour faire d’autres modifications.

En gros, j’essaie d’obtenir un texte le plus clean possible dès le départ, quitte à perdre du temps, piétiner, me prendre la tête avec certains passages, pour ne pas continuer l’écriture sur des bases branlantes et avoir à presque tout réécrire (oui, Snowfrost, le Mercenaire et Last Sorceress, vous êtes visés ! >_<).

Après, comme Abyss est une nouvelle très courte, ce système a permis de la terminer d’une seule traite et surtout avant d’avoir des pannes d’inspiration ou pire, des idées pour autre chose…

Quant à ce qui l’a inspiré, c’est tout simplement le hasard et l’envie de changement ! Je bossais sur la réécriture de Last Sorceress, une « saga à rallonge », juste avant le NaNo et n’avais pas prévu d’y participer cette fois-ci. Une copine NaNoteuse m’a encouragée à tenter le coup quand même, mais je n’avais vraiment aucune idée… Et puis, deux jours avant…

➫ Il parle de Sirènes et de tritons, j’ai cru comprendre que l’idée vient du jeu Disney Magical World 2 ?

Voilà ! Le jeu était sorti très peu de temps auparavant et j’étais bien décidé à passer le plus de temps possible dessus avant de consacrer mes journées au NaNoWriMo xD Ce jeu propose donc au joueur de visiter quelques-uns des mondes Disney, et parmi ceux-ci, il y a celui de « La petite sirène », où votre personnage est transformé en sirène grâce à une tenue magique. C’est de cette transformation et des donjons sous-marins, avec ces grandes épaves servant de décor, que vient l’idée d’Abyss.

➫ Si ce livre devait faire passer un seul message, quel serait-il ?

Je n’essaie jamais de faire passer de message dans mes livres (encore heureux, vu le contexte de certains… xD), même si, dans celui-ci, ça parle pas mal de tolérance à cause de l’histoire.

Alors, si message il doit y avoir, qu’il soit le même que dans tous les autres : vivre sa vie, c’est faire des choix, des erreurs, se prendre des gamelles, se retrouver à devoir faire des concessions, à composer avec des obstacles imprévus et certains insurmontables, sans compter le fait qu’on peut changer et évoluer avec les années (ou pas). Mais ce qui compte, c’est de toujours rester soi-même, fidèle à ses convictions et à sa personnalité, et de ne jamais oublier qu’il n’y a pas de « bon » ou de « mauvais » choix : simplement des options différentes.

Point Réseaux sociaux :

Twitter : @Poison__Lady

Blog (plutôt axé bouquins) et site web : http://svetlanamoriwritings.peyj.com/

Babelio : https://www.babelio.com/monprofil.php?id_user=21079

Flickr : https://www.flickr.com/photos/geekette-otakette/

*Le NaNoWriMo (Mois (inter)National de l’Écriture de Romans) est une façon amusante et stimulante de concevoir l’écriture de romans. Les participants commencent à écrire le 1er novembre. Le but est d’écrire un roman de 175 pages (50 000 mots) avant minuit le 30 novembre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s