Interview de Salvator Montalto

Hey les bouquineurs,

Aujourd’hui c’est un rendez-vous avec Salvator Montalto, auteur d’Olcineo ou la légende de Kamarot.

Il a bien voulu se prêter au jeu de l’interview et nous présenter son premier livre qui est un One Shot.

14055081_862521127212263_7692684469648367066_n

➫ Qui êtes-vous Salvator Montalto

Je n’aime pas trop parler de moi. Mon parcours professionnel n’a aucun lien avec le monde de l’écriture.

Je suis juste un type ordinaire qui se sert de son imagination pour voyager dans des mondes extraordinaires.

➫ Écrire, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Pour moi, écrire est un moyen de peindre avec des mots, les images et les histoires que j’ai en tête, et j’en ai beaucoup.

J’ai toujours aimé les univers fantastiques, imaginaires. Fan de cinéma, lorsqu’une scène ne me plaisait pas, que la fin ne me convenait pas (j’aime les histoires qui finissent bien) alors j’imaginais un tas de scénarii possibles.

Je pense que c’est de cette insatisfaction, de cette frustration qu’est née ma volonté d’écrire, le besoin de créer ma propre histoire, mes propres personnages.

Pour moi écrire, c’est peindre l’imaginaire !

➫ Depuis quand écrivez-vous ?

J’ai commencé à écrire assez tardivement. L’idée du personnage d’Olcineo est née en 1996.

➫ Quand trouvez-vous le temps d’écrire ?

Après le travail et les obligations familiales, c’est-à-dire le soir après 21 heures.

Quand j’ai le temps en journée, je me pose dans un café où j’arrive plus facilement à me concentrer en observant le monde autour de moi.

➫ Avez-vous un petit rituel d’écriture ?

Disons plutôt que je suis un processus, une mécanique bien huilée.

Pour mettre mes idées en place, je marche beaucoup, je me promène. Une fois la structure d’une scène établie, lorsque j’ai défini un personnage ou un élément important de l’histoire, je l’écris ou le dessine sur papier. Enfin, le soir je saisis et j’affine le tout sur mon ordinateur.

➫ Avez-vous une playlist d’écriture ?

il_340x270-803231362_sqty

À titre personnel je suis un grand fan de David Bowie.

Mais pour un livre comme Olcineo, pour m’aider à trouver une ambiance, les musiques qui m’inspirent sont :

Vangelis – Blade Runner End Titles (ICI)
Hans Zimmer & Lisa Gerrard – Reunion (ICI)
Bande Originale de Gladiator
La norma (Opéra) – Casta Diva de Bellini (ICI) (L’auteur ne me l’a pas précisé mais j’ai choisi certainement l’interprétation la plus connue, celle de Maria Callas)
David Bowie – Wild Is The Wind (ICI)
Nabucco (Opéra) – Va pensiero de Verdi (ICI)
The Black Keys – The Only One (ICI)
Lakmé (Opéra) Leo Delibes – Duo des fleurs (ICI)

➫ Où trouvez-vous votre inspiration ?

Autour de moi, où que ce soit, sur une plage, en regardant la mer, au détour d’une ruelle mal éclairée, sur un visage, dans un comportement, devant un évènement, tout peut m’inspirer même le commun, l’ordinaire…

➫ Quels sont vos projets d’écriture ?

J’avoue ne plus avoir beaucoup de temps libre. Le peu qu’il me reste, je le consacre toujours à l’écriture, mais dans un autre domaine que le roman, un autre exercice qui m’a toujours passionné et qui me convient davantage : le scénario.

J’ai terminé celui d’Olcineo et j’ai quelques autres histoires en tête, dans le fantastique ou dans la science-fiction.

➫ Avez-vous un livre qui a changé votre vie ?

Pas vraiment. Je suis de la génération des enfants de la télé. J’ai plus été marqué par des films que par des livres.

➫ Un dernier mot pour vos lecteurs ?

Mon livre s’adresse à tout le monde, particulièrement à tous les fans d’imaginaire, à tous les rêveurs.

14192610_866317236832652_2865562813469199276_n

Partie Olcineo :

➫ Pouvez-vous parler d’Olcineo : ou la légende de Kamarot en quelques mots ?

Il y a dans ce conte tous les ingrédients de l’univers fantasy, mais au-delà de la magie, de la prophétie, du combat entre le bien et le mal, Il y a une quête essentielle qui en est l’essence même, la recherche du bonheur, celle de l’autre, la recherche de l’identité, la recherche de soi.

Dans Olcineo, on apprend aussi à ne pas se fier aux apparences, au premier jugement.

➫ Qu’est-ce qui a inspiré Olcineo : ou la légende de Kamarot ?

Je cherchais un personnage capable de surmonter des obstacles infranchissables malgré son handicap, un être minuscule doué d’une grande humanité, un être pur.

C’est donc un petit animal qui m’a inspiré, le plus petit singe du monde, un ouistiti pygmée.

Pour la cité de Kamarot, je me suis inspiré d’un village du sud de l’Italie où j’ai passé de nombreuses vacances, Marina di Camerota.

➫ Si ce livre devait faire passer un seul message, quel serait-il ?

💫 Ne jamais baisser les bras

💫 Croire en ses rêves

💫 Rien n’est insurmontable

Je tiens remercier chaleureusement Salvator, pour sa gentillesse et pour avoir été aussi emballé par le projet d’interview, que moi afin de prendre le temps de répondre à mes questions !

Vous pouvez retrouver ma chronique d’Olcineo ou la légende de Kamarot ICI
Et pour plus d’informations :
Page Facebook : ICI

Et enfin si vous souhaitez commander le livre Olcineo et la légende de Kamarot, cliquez ci dessous sur l’image du roman.

Publicités

Une réflexion sur “Interview de Salvator Montalto

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s